Résilience urbaine et participation citoyenne

L’AVITEM a mené en 2020 et 2021, avec ses partenaires algériens du Ksar Tafilelt, près de Ghardaïa, un projet qui met en avant un certain nombre d’actions favorisant la résilience urbaine en s’appuyant sur les savoirs traditionnels. Cette approche coutumière a été couplée, dans le cadre d’une série de webinaires portant notamment sur les principales ressources de Méditerranée, avec des solutions territoriales innovantes, issues de collectivités, d’agences, d’universités et/ou de startups. Des outils de dissémination numériques sont d’ores et déjà disponibles, sur les approches traditionnelles comme sur les solutions innovantes. Ce projet a mis en évidence le rôle particulier des populations et leur implication dans les solutions traditionnelles comme innovantes. C’est ce qui apparait fortement dans le second projet engagé par l’AVITEM en 2021 avec des partenaires tunisiens pour la lutte contre la dégradation et la réappropriation des berges du Lac de Bizerte. Ici aussi, l’entrée en action des populations et la mobilisation des citoyens sont fondamentales pour stimuler et renforcer l’action publique. Les deux acteurs, société civile et collectivités locales, de plus en plus complémentaires, s’entendent pour esquisser un mieux-vivre ensemble dans un environnement apaisé. 

L’AVITEM entend articuler un fil rouge entre les deux projets pour que les apprentissages de l’un soient utiles à l’autre, mais aussi pour mettre en avant une modélisation qui permette de construire un schéma reproductible sur les meilleures approches de la résilience urbaine. Ce fil rouge porte sur la résilience urbaine que peut offrir l’innovation : innovation technologique low tech, innovation d’usage, innovation sociétale et innovation dans la dissémination des savoirs techniques, permettant de dupliquer à peu de frais les unités de fabrication de technologies low tech. 

La suite du “Manuel des bonnes pratiques”, premier opus de la série de publications intitulée “Résilience urbaine et Adaptation au changement climatique”valorisera la complémentarité entre savoirs traditionnels et solutions innovantes sur les 4 thématiques Eau, Énergie, Déchets, Low-tech.